Concilier assurance-vie et SCPI pour bénéficier d’avantages financières

On peut choisir l’investissement en assurance-vie pour épargner de l’argent. Il permet de se constituer ou de transmettre un capital tout en profitant d’une fiscalité favorable. Cependant, au-delà de huit ans, l’assurance-vie sera toujours soumise à des prélèvements sociaux ainsi que d’un impôt sur le revenu. Par ailleurs, allier ses parts de SCPI dans un contrat d’assurance-vie apporte des avantages non négligeables.

La fiscalité de l’assurance-vie

Bien sûr, rien ne vaut le crédit rapide si on manque de fonds et qu’on souhaite réaliser un projet urgent. S’il s’agit d’un projet à long terme qui requiert une somme importante dont on ne dispose pas, l’assurance-vie peut aider. Toutefois, ce produit financier est soumis à des prélèvements sociaux, quelles que soient la durée et la nature du contrat.

Le taux d’intérêt d’une assurance-vie peut varier en fonction de la date à laquelle la souscription a été effectuée. Il peut également varier selon le type de prélèvements sociaux. Il peut s’agir d’une CSG (Contribution sociale généralisée) ou d’une CRDS (Contribution de Remboursement à la Dette sociale).

En cas de rachat de l’assurance-vie, les produits correspondant aux versements effectués à partir du 27 septembre 2017 sont soumis à des impôts. Ceux-ci peuvent être des impôts sur le revenu. Sinon, ce serait un prélèvement forfaitaire unique (PFU). Si les versements effectués sont supérieurs ou égaux à 150 000 euros, le souscripteur sera soumis au prélèvement forfaitaire unique. Dans ce cas, les produits sont imposés à un taux de 12,5 %. Si le versement réalisé est inférieur à 150 000 euros, le taux d’imposition est de 7,5 %.

L’assurance-vie en SCPI pour réduire l’imposition sur les revenus fonciers

Il est important de savoir que si on investit en SCPI direct, on investit hors assurance-vie. On sera alors soumis soit à la fiscalité des revenus fonciers, soit à des prélèvements sociaux. De ce fait, le taux de l’impôt global sera vraiment important. Ce qui mettrait les investisseurs en SCPI dans une situation désagréable. Si l’investissement dans une SCI affiche un rendement de 5 %, l’investissement en TMI peut être de 1,975 %. C’est pourquoi, il est plus pratique d’intégrer ses parts de SCPI dans son contrat d’assurance-vie.

Dans l’assurance-vie en SCPI, les loyers perçus sont considérés comme des unités de compte. Ils ne sont pas soumis à des prélèvements sociaux. Il n’y a aucune fiscalité si le fond reste inclus dans le contrat. Si l’épargnant souhaite retirer ses revenus de la SCPI, la fiscalité se fera via le contrat d’assurance-vie. Cela apporte un avantage fiscal plus notable.

L’assurance-vie en SCPI pour la réduction des impôts sur les plus-values

Si les parts en SCPI sont incluses dans le contrat d’assurance-vie, aucune taxe ne sera requise en cas de revente. Si l’investisseur souhaite ensuite réinvestir en SCPI, il ne sera plus soumis à l’impôt sur les plus-values. Cependant, si l’épargnant retire ses fonds du contrat d’assurance-vie, une imposition lui sera appliquée sur l’investissement en SCPI.

Au-delà de huit ans, le taux d’imposition sera de 7,5 %. Il faut aussi compter les prélèvements sociaux qui s’élèvent à 15,5 %. En cas de décès, l’assurance-vie permet d’attribuer les sommes qui ont été placées aux bénéficiaires de son choix. C’est donc une manière de protéger ses proches.

Posted by Joelle