Que faut-il savoir sur le système de prévoyance suisse ?

Majoritairement, presque tous les êtres humains travaillent dur pour vivre des jours heureux pendant leur vieillesse, en cas d’invalidité ou pour assurer leurs arrières en cas de décès. En Suisse, tous les employés sont soumis à un système de prévoyance jouant plusieurs rôles avec différents avantages. Qu’est-ce que le système de prévoyance suisse ? Quels sont ses constituants et ses avantages ? Suivons !

Présentation du système de prévoyance suisse

Le système de prévoyance suisse est une forme de souscription qui permet à chaque employé de nationalité suisse ou étrangère, mais exerçant quand même en Suisse d’assurer son indépendance financière pendant sa retraite, mais aussi en cas de décès ou d’invalidité. Le système de prévoyance suisse procède par prélèvement mensuel et automatique d’un certain montant du salaire de l’employé en fonction de la capacité d’épargne du concerné, et selon trois piliers auxquels souscrira cet employé. Les fonds prélevés serviront à assurer la retraite de l’employé.

Le système de prévoyance suisse repose donc sur trois piliers à savoir : l’AVS (assurance-vieillesse et survivants) ou prévoyance publique, la LPP (la prévoyance professionnelle) et la prévoyance individuelle. Chacun de ces piliers impose des conditions, mais présente également des avantages.

Le système des trois piliers

Comme énoncé plus haut, le système de prévoyance suisse se décline en trois piliers bien distincts.

Le 1er pilier : assurance vieillesse et survivants ou prévoyance publique

Le premier pilier de prévoyance est obligatoire et s’impose à toutes les personnes résidant et travaillant en Suisse. Il couvre l’assurance- vieillesse, survivants et invalidité (AVS/AI) et des prestations complémentaires (PC) selon le cas. L’AVS/AI permet aux citoyens d’assurer le minimum vital pendant leur retraite, en cas de décès ou d’invalidité. Les prestations complémentaires entrent en jeu lorsque les revenus ou d’autres assurances sont insuffisants pour couvrir les besoins du citoyen.

Le 2ème pilier : la prévoyance professionnelle.

Ce deuxième pilier de prévoyance est également obligatoire. Encore appelé « caisse de pension » il a pour but de maintenir le niveau de vie normal du citoyen et il complète donc l’AVS/AI et les PC du premier pilier. Il s’applique principalement à tout employé percevant un salaire. De ce dernier est retirée mensuellement une cotisation de façon automatique. La prévoyance professionnelle couvre également l’assurance-accidents, l’assurance d’indemnité journalière (lorsque l’employé est malade) et les institutions de libre passage.

Le 3ème pilier : la prévoyance individuelle facultative

Il n’est pas rare de constater que les fonds épargnés ne permettent pas souvent d’assouvir tous les fantasmes de la retraite. C’est donc pour cela que le 3eme pilier est institué. Il n’est pas obligatoire et c’est l’employé lui-même qui décide volontairement d’y souscrire. Composé de la prévoyance liée 3a et de la prévoyance libre 3b, il complète les deux premiers piliers (AVS/AI, LPP) et a pour but de satisfaire les désirs personnels de l’employé pendant sa retraite.

Posted by admin